global3 global global2

Ma vie avec la douleur chronique !

Je n’avais que neuf ans, lorsque j’ai commencé à ressentir des douleurs abdominales. Ma jeune sœur avait la varicelle et nous nous chicanions quelque peu, c’est alors que ma mère me dit : « ce soir nous allons chez le médecin, et si tu n’as rien, tu retournes à l’école demain matin ». Le soir même, je suis entrée à l’hôpital, le médecin avait demandé à ma mère si j’avais mes menstruations, car dit-il, j’aurais pensé qu’elle était enceinte, elle a une bosse grosse comme la tête d’un enfant dans l’abdomen. Le diagnostic final a été « ganglioneurome (tumeur bénigne) abdominal envahissant ».

 

Après plusieurs interventions chirurgicales, je suis toujours avec le même problème, mais il envahit maintenant le plexus sacré, c’est là où tous les nerfs se trouvent, il pénètre à l’intérieur et les racines deviennent très douloureuses, c’est avec une forte médication, une excellente docteure de famille et un excellent anesthésiste que j’ai réussi à diminuer mes douleurs. Même si les chirurgiens ont réussi à enlever quelques morceaux du ganglioneurome deux fois sur six, il revenait plus fort que jamais et il changeait sa direction.

 

Depuis 1964, j’en ai connu des souffrances, et à force de souffrir, le moral finit par se révolter lui aussi. C’est pourquoi, depuis une dizaine d’années environ, j’ai fait quelques dépressions et j’ai dû rencontrer des psychologues qui m’ont également aidée à passer au travers. Lorsque la souffrance morale s’y mêle, nous pensons qu’il n’y a plus d’espoir, mais il y en a toujours. J’ai souvent pensé que c’était la fin, et je revenais sur mes pieds avec une infiltration et une nouvelle médication.

 

C’est toujours à recommencer, mais il ne faut pas se décourager, nous devons toujours garder espoir, il y a des jours meilleurs et on doit faire confiance en la vie. La recherche, les médecins, les spécialistes ainsi que les grandes firmes pharmaceutiques font de très grands progrès, nous devons penser à ces personnes qui travaillent à tous les jours pour nous, et par le fait même, nous nous encourageons, même si ce n’est que pour quelques heures.

 

Lib



Faire un don à l'AQDC
Facebook AQDC