Les maladies              Accès au traitement de la douleur chronique              Gestion de la douleur chronique              Index des maladies (A à Z)              Publications       
global3 global global2

Syndrôme de douleur généralisée

Neuropathie

La douleur pelvienne

Les maux de tête
Algie vasculaire de la face
Céphalée cervicogénique
Céphalée de tension
Dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire
La migraine

Douleur au dos, au cou et aux articulations

Autres maladies

Migraine

 

Par Lori Montgomery M.D., CCFP


Introduction

La migraine (prononcer : MI-grain-n) est un trouble très fréquent. Environ 12 % des femmes (12 sur 100) et 6 % (6 sur 100) des hommes souffrent de migraines. C’est de loin le diagnostic le plus fréquent chez les personnes qui consultent un médecin pour leurs maux de tête. Les maux de tête sont souvent très forts. La plupart des personnes ont seulement des migraines de temps à autre (migraine épisodique). Certaines personnes en ont presque chaque jour (migraine chronique). Elles peuvent apparaître avec ou sans aura. L’aura est un symptôme visuel ou autre symptôme neurologique qui apparaît 20 à 30 minutes avant le mal de tête. Toutes les migraines ne se produisent pas exactement de la même manière. Pour cette raison, plusieurs personnes sont susceptibles de recevoir un diagnostic de quelque autre sorte de mal de tête lorsqu’ils ont réellement une migraine.


Les signes et les symptômes

  • Une douleur lancinante ou pulsatile, la plupart du temps sur un côté de la tête (quoique certaines personnes ont des douleurs sur les deux côtés de la tête), souvent ressentie derrière ou autour d’un œil.
  • La douleur est de modérée à grave.
  • La douleur s’aggrave avec l’effort (comme monter des escaliers).
  • Des maux de tête qui ne sont pas traités durent la plupart du temps entre 4 et 72 heures.
  • Sensation de nausée et envie de régurgiter (vomir).
  • Sensibilité à la lumière, au bruit ou aux odeurs.
  • Certaines personnes ressentent de la congestion nasale (nez) ou ont le nez qui coule lorsqu’ils ont une migraine.
  • Durant la migraine, certaines personnes ont la peau du visage et le cuir chevelu très sensibles.
  • Chez certaines personnes l’aura précède le mal de tête. Cela peut comprendre des lumières colorées et/ou clignotantes, une vision en tunnel ou un angle mort, des zigzags ou des rayures dans l’image, de l’engourdissement ou des fourmillements dans une partie précise du corps (la figure et un bras, ou un bras et une jambe, par exemple), ou une élocution difficile. Moins du tiers des personnes qui souffrent de migraines ont des auras, et la plupart des gens n’ont pas d’aura à chaque mal de tête. L’aura apparaît la plupart du temps 20 à 30 minutes avant un mal de tête et elle disparaît souvent en moins de 15 minutes environ

Les causes

La migraine est un désordre génétique qui exige des facteurs environnementaux pour la déclencher. Même si vous avez une prédisposition génétique et que vous ne faites face à aucun facteur déclenchant, vous pouvez ne jamais avoir de migraines. La prédisposition génétique signifie que vous êtes susceptible d’avoir des migraines à cause de vos gènes. Les gènes sont les composantes de base qui déterminent des éléments comme vos cheveux et la couleur de vos yeux. La plupart des migraines ont plusieurs facteurs déclenchants possibles ou des choses qui les occasionnent. Les facteurs déclenchants comprennent :

  • certains aliments et l’alcool
  • des changements de température
  • la douleur musculaire
  • le manque de sommeil
  • un taux de glycémie faible

Certains des sites Web énumérés ci-dessous comprennent plus d’information sur les facteurs déclenchants.

Nous ne savons pas vraiment comment un facteur déclenchant occasionne une migraine. Nous croyions que la dilatation et la constriction (ouvrir et fermer) des vaisseaux sanguins du cerveau étaient à l’origine de ce mal. Nous continuons à penser que la douleur de la migraine provient de nerfs liés à ces vaisseaux sanguins qui se dilatent et se contractent. Nous pensons cependant maintenant qu’il y a aussi une séquence ou un ordre des nerfs qui se produit dans le cerveau, ce qui fait se dilater et se contracter les vaisseaux sanguins dès le début. Néanmoins, nous ne savons toujours pas ce qui déclenche ce cycle d’événements.


Les tests diagnostiques

Il y a un ensemble de critères utilisés pour diagnostiquer la migraine qui ont été établis par l’International Headache Society. Ils comprennent un certain nombre de signes et symptômes qui sont énumérés ci-dessus. Si ces critères s’appliquent à votre état et que votre examen physique est normal, vous n’avez pas besoin d’analyses de sang, de tomographie par ordinateur (TO), également appelée tomodensitométrie, ni d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour établir le diagnostic. Si votre examen physique s’avère anormal, il pourrait être nécessaire de passer d’autres tests pour vous assurer que le mal de tête n’est pas causé par quelque chose d’autre.


L’approche du traitement


Réduisez les facteurs déclenchants

Une des choses les plus importantes que vous puissiez faire pour traiter votre migraine consiste à éviter autant de facteurs déclenchants que possible. Cela veut dire porter une très grande attention à vos maux de tête (le plus souvent en utilisant un journal des maux de tête), jusqu’à ce que vous soyez certain de savoir quels facteurs sont importants pour vous. Pour la plupart des personnes, cela veut dire avoir un sommeil régulier, manger régulièrement, prendre des repas bien balancés, faire de l’exercice chaque jour et éviter les produits alimentaires transformés. Certaines personnes noteront d’autres facteurs très spécifiques dont elles pourront facilement se débarrasser.

Certains facteurs déclenchants ne peuvent être évités. Les changements de température en sont un exemple. Mais si vous pouvez diminuer le nombre de facteurs auxquels vous êtes exposé en même temps, alors un de vos facteurs ne pourra peut-être pas déclencher à lui seul un mal de tête.


Les thérapies non médicamenteuses

Des études ont démontré que les thérapies non médicamenteuses peuvent aider à réduire la douleur et à mieux l’endurer. Elles comprennent :

  • la relaxation
  • la méditation
  • la répartition des activités
  • la thérapie cognitivo-comportementale

Ces stratégies d’autogestion peuvent vous aider à mieux fonctionner, de sorte que vous pourrez en faire plus, tout en jouissant davantage de la vie.


Les médicaments

Il existe des médicaments spécifiques contre la migraine et ils peuvent être utiles pour arrêter une attaque de migraine s’ils sont pris suffisamment tôt au cours du mal de tête. Ils comprennent les triptans et les ergots. Parfois, des médicaments en vente libre comme les anti-inflammatoires ou l’acétaminophène, ou les opiacés faibles peuvent également arrêter un mal de tête. Néanmoins, les gens qui souffrent de migraine ne doivent pas prendre un de ces médicaments pendant plus de 10 jours par mois, car cela pourrait provoquer des maux de tête dus à un usage abusif de médicaments et entraîner des migraines plus fréquentes.

D’autres traitements dépendront de la fréquence de la migraine et de la façon dont elle entrave la vie quotidienne. Si elle se produit plus de quatre fois par mois, cela peut valoir la peine de considérer prendre un médicament quotidien afin d’en réduire la fréquence ainsi que son intensité. Ces médicaments ne vous débarrasseront jamais complètement de vos migraines (ils ne peuvent changer votre génétique!). Ils peuvent cependant vous faciliter la vie. En voici quelques-uns :

  • Inhibiteurs calciques (comme le vérapamil)
  • Bêtabloquants (comme le propranolol)
  • Antidépresseurs tricycliques (comme la nortriptyline)
  • Topiramate
  • Acide valproïque
  • Gabapentine ou prégabaline

Le Botox (la toxine botulinique de type A) a parfois été utilisé pour traiter la migraine. Il fait l’objet d’intenses recherches et il peut convenir à certaines personnes. Il n’a pas été approuvé officiellement pour son usage contre la migraine, mais les recherches actuelles semblent très prometteuses.


Les thérapies invasives

Il y a d’autres thérapies plus invasives qui sont étudiées pour la migraine extrêmement grave et qui entrave la vie quotidiennement. Elles comprennent des stimulateurs nerveux implantables et la stimulation cérébrale profonde. Néanmoins, il y a plusieurs effets secondaires possibles à ces procédures, et il n’existe pas encore assez de preuves de la recherche pour les recommander.


Sites Internet


American Headache Society

www.achenet.org


Medline Plus (U.S. National Library of Medicine and the National Institutes of Health)

www.nlm.nih.gov/medlineplus/migraine.html


Headache Cooperative of New England

www.hacoop.org


National Headache Foundation

www.headaches.org


Michigan Head-pain and Neurological Institute

www.mhni.com


World Headache Alliance

http://www.migraines.org/help/helpintl.htm


Réseau canadien des céphalées

www.headachenetwork.ca


National Institute of Neurological Disorders and Stroke

www.ninds.nih.gov

Migraine Québec
OSBL dirigé par Dre Elizabeth Leroux, neurologue et spécialiste de la migraine à la Clinique de la migraine au CHUM, Vice-présidente de l'organisme : Louise Houle
Pour de bonnes informations médicale sur la migraine en français : http://www.migrainequebec.com

Migraine Zéro
Groupe d'entraide Montréalais pour les gens vivant avec la migraine ou les céphalées.
migrainezero.org


Références

Mathew NT et al. Botulinum Toxin Type A (BOTOX®) for the prophylactic treatment of chronic daily headache: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Headache. 2005;45(4)293-307.
Mathew NT. Antiepileptic drugs in migraine prevention Headache. 2003;41(s1):18-25.

Saper JR, Dodick D, Gladstone JP. Management of chronic daily headache: Challenges in clinical practice. Headache. 2005;45(s1) S74-S85.

Silberstein SD. Efficacy and safety of topiramate for the treatment of chronic migraine: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Headache. 2007;47(2)170-180.

Saper JR, Dodick D, Gladstone JP. Management of chronic daily headache: Challenges in clinical practice. Headache. 45(s1):S74-S85.

      



Faire un don à l'AQDC
Facebook AQDC